une mode protectrice en temps de guerre - freetxp

une mode protectrice en temps de guerre

Paris – Des tenues évoquant des gilets pare-balles, couleurs sombres, scénographies de défilés graves: certains ont dit que la mode perdait son « droit d’exister » pendant la guerre mais la Fashion week de Paris n’a pas sonné faux, a révélé des éléments prophétiques.

Après deux ans marqués par le Covid, la semaine du prêt-à-porter féminin qui s’achève mardi était pensée comme « une sorte de retrouvailles » mais il était impossible de « fêter » cela sur kra fond d’invasion, de a déclaré à l’AFP le président de la Fédération de la mode, Ralph Toledano. Il avait appelé dès le premier jour à vivre les défilés « dans la gravité ». Et la mode a répondu presente. Bien que conçues plusieurs mois auparavant, nombre des collections abondent en pièces « protectrices » et l’esthétique des shows est tout sauf optimiste.

« Odeur du temps »

« Le monde est grave depuis un moment, la mode a largement intégré les sentiments de sérieux (…). Elle s’imprègne de l’odeur du temps », déclare à l’AFP l’historien de la mode Olivier Saillard. « Il ya avait une tenue tout-terrain chez Dior, assez à-propos, comme prémonitoire », ajoute-t-il. Chez Dior, des airbags se portent en corset ou en gilet, une petite robe grise évoque les armures et des protections couvrent les épaules et chevilles. « Il ya beaucoup de réflexion. Comment, en ces temps difficiles, associer la beauté, l’esthétique et la protection ? », explique à l’AFP la styliste italienne de Dior femme, Maria Grazia Chiuri. La guerre en Ukraine « est beaucoup plus proche de nous. Mais le monde était déjà en guerre. Le Covid, c’était une autre guerre (…), nous avons vécu des mois extrêmement difficiles ».

Balmain aussi a présenté des corsets rembourrés, des hauts ressemblant à des gilets pare-balles futuristes et boucliers dorés. « Ma collection peut sembler inspirée par les gros titres anxiogènes. (…) Mais, bien sûr, une reaction aussi rapide n’aurait jamais été possible », nuance le styliste de Balmain, Olivier Rousteing.

Le Belge Anthony Vaccarello, directoreur artistique de Saint Laurent, a pour la première fois rompu avec son esthétique “sexy glam” pour livrer un défilé poétique au pied de la tour Eiffel “qui suggère un moment de réflexion”. Du noir, des robes longues, tailleurs smoking-pantalon et somptueux manteaux en fausse fourrure : la provocation n’a plus sa place.

Chez le Japonais Yohji Yamamoto, certains looks recouvrant des pieds à la tête, avec plusieurs couches de tissus drapés ou rembourrés, ressemblent à des tentes. L’Américain Rick Owens, maître des défilés apocalyptiques, a présenté un show accompagné de la symphonie N.5 de Gustav Mahler, créant un moment onirique et solennel.

Dans un épais brouillard se détachaient les silhouettes de longues robes à la traine grise scintillante et de grosses doudounes. « Le thème de la protection était bien présent cette semaine – comme les énormes manteaux enveloppants et rembourrés chez Rick Owens dans lesquels on se sent comment protégé, réconforté… C’était la mêmerier chose à Mi- Lofndé » l’AFP Dana Thomas, journaliste americanaine et autrice de « Fashionopolis».

Poème et chanson

La mode anticipe-t-elle les soubresauts de l’Histoire ? C’est la question posee par Benjamin Simmenauer
, professeur à l’Institut français de la mode, dans un billet publié par le quotidien français Libération. « Il est vrai que la mode anticipe souvent ses états futurs et nous renseigne sur une époque donnée », écrit-il.

Le défilé de Balenciaga imaginé par Demna, le créateur géorgien lui-même réfugié d’une guerre avec la Russie, était une déclaration d’amour et de soutien à l’Ukraine, avec un éné le poème pendant shirts aux couleurs de l’Ukraine posés sur chaque siège et une note expliquant que la mode perdait « son droit d’exister » pendant la guerre. Les mannequins ont marché sur la neige bravant le vent, certains à moitié dénudés, évoquant les réfugiés qui fuient la guerre.

Chez Vuitton, le dernier look – un T-shirt à larges rayures sur une robe à fleurs fluide – est en bleu et jaune, couleurs de l’Ukraine. Une façon subtile d’inscrire le show dans le contexte. Stella McCartney a ouvert son défilé sur un discours du président américain John Fitzgerald Kennedy («nous ferons égallement notre part pour construire un monde de paix») et clôturé avec la chanson de John Lennon/Yoko Ono «Give Peace a Chance». (AFP)

DÉFILÉ FEMME AUTOMNE-HIVER 2022 © Louis Vuitton – All rights reserved

Leave a Comment